28 mars 2016

Vous avez bien lu en titre !

Le prédicateur officiel de la maison pontificale a rendu hommage à Luther, le vendredi saint, devant l'ensemble des Cardinaux, Évêques, et le Pape ! 

Qui l'eût cru ? Luther trouvant un défenseur alors que ses doctrines avaient été condamnées par le Concile de Trente ?

Voici des  extraits :

Et qu’en est-il de la justice de Dieu? Serait-elle oubliée, sous-estimée? Saint Paul a répondu une fois pour toutes à cette question. Dans sa Lettre aux Romains, il commence son annonce du salut en disant: « Maintenant la justice de Dieu s’est révélée» (Rom 3, 21). On se demande : quelle justice ? Celle qui donne « unicuique suum », à chacun  ce qui lui revient, autrement dit des récompenses ou des châtiments selon ses mérites? Bien sûr, le jour arrivera où cette justice de Dieu, qui consiste à donner à chacun ce qu’il mérite, aura lieu. Car, comme écrit l’apôtre, Dieu, « rendra à chacun selon ses œuvres. Ceux qui font le bien avec persévérance et recherchent ainsi la gloire, l’honneur et une existence impérissable, recevront la vie éternelle ; mais les intrigants, qui se refusent à la vérité pour se donner à l’injustice, subiront la colère et la fureur » (Rom 2, 6-8).

Jusque là , nous sommes en terrain connu ...

 On ne comprend rien de tout cela, si l’on ne comprend pas ce que veut dire exactement l’expression «  justice de Dieu ». Il y a risque que l’on entende parler de cette justice mais qu’au lieu de nous sentir encouragés, nous en ayons peur parce qu’on ignore son sens. Saint Augustin l’avait déjà clairement expliqué: « La ‘justice de Dieu’, écrivait-il, est celle par laquelle sont justes les hommes que Dieu justifie par sa grâce, exactement comme ‘le salut du Seigneur’ (salus Domini) (Sal 3,9) est celui par lequel le Seigneur nous sauve »[2]. En d’autres termes, la justice de Dieu est l’acte par lequel Dieu rend justes ceux qui croient en son Fils. Ce n’est pas se faire justice, mais rendre justes.

Luther a eu le mérite de ramener au jour cette vérité, après des siècles d’oubli, du moins dans la prédication chrétienne, et c’est de cela que la chrétienté est surtout redevable à la Réforme, qui célèbrera l’année prochaine son cinquième centenaire. « Quand je découvris cela, avait écrit plus tard le réformateur, je me sentis carrément renaître et ilme sembla entrer au paradis même par des portes grandes ouvertes »[3].Mais Augustin et Luther ne furent pas les premiers à expliquer de la sorte  le concept de «  justice de Dieu »

Et là pour beaucoup, on nage dans la science fiction ! Dire Cela le Vendredi Saint à Saint Pierre de Rome, et rendre hommage à Luther en disant que nous lui sommes redevable, c'est pour le moins scandaliser les catholiques qui se souviennent des propos du Concile de trente concernant la Justification :

 

Concile de Trente,  sixième Session, le 13 Janvier, 1547, Décret sur la justification , Denzinger-Hünermann 1520-1583

 

1558
8. Si quelqu'un dit que la crainte de l'enfer, par laquelle, en nous affligeant de nos péchés, nous nous réfugions dans la miséricorde de Dieu ou nous nous abstenons de pécher, est un péché ou rend les hommes encore pires : qu'il soit anathème 

1560
10. Si quelqu'un dit que les hommes sont justifiés sans la justice du Christ, par laquelle il a mérité pour nous, ou qu'ils sont formellement justes par cette justice : qu'il soit anathème 

1561
11. Si quelqu'un dit que les hommes sont justifiés ou bien par la seule imputation de la justice du Christ, ou bien par la seule rémission des péchés, à l'exclusion de la grâce et de la charité qui est répandue dans leurs coeurs par l'Esprit Saint Rm 5,5 et habite en eux, ou encore que la grâce par laquelle nous sommes justifiés est seulement la faveur de Dieu : qu'il soit anathème  .

1562
12. Si quelqu'un dit que la foi qui justifie n'est rien d'autre que la confiance en la miséricorde divine, qui remet les péchés à cause du Christ, ou que c'est par cette seule confiance que nous sommes justifiés : qu'il soit anathème.

1571
21. Si quelqu'un dit que le Christ Jésus a été donné par Dieu aux hommes comme rédempteur, en qui se confier, et non pas aussi comme législateur à qui obéir : qu'il soit anathème.

1583
33. Si quelqu'un dit que, par cette doctrine catholique sur la justification exposée par le saint concile dans le présent décret, il fait tort en partie à la gloire de Dieu ou aux mérites de Jésus Christ notre Seigneur et non plutôt que sont ainsi mises en lumière la vérité de notre foi et la gloire de Dieu et du Christ Jésus : qu'il soit anathème.

Le Vendredi Saint, les fidèles ont eu le droit à un prêche où Luther fut mis à l'honneur ...

Tous ceux qui ont combattu Luther dont des Saints, tous ceux qui ont eu part à la contre réforme, doivent se retourner dans leurs tombes devant ce spectacle ...

Rien ny fera, la majorité des catholiques seront d'accord pour se réjouir en fin d'année pour le 500 eme anniversaire ( Sic !)  Et applaudiront un jour comme c'est la mode , la fausse unité naissante .

A quand Luther et ses thèses hérétiques pardonnées au nom de la Charité et les propos de la Sainte Vierge Marie dans ses apparitions condamnées ? 

Car enfin, pour ne parler que de Tre Fontane ...En passant par Garabandal qui parlait de la future protestantisation dans l'Eglise ( Et oui !)

On se demande pourquoi la Sainte Vierge demande à Bruno Corniacchola ( protestant ) de cesser de "la " persécuter, avec un retentissant

" Basta Cosi ! ! " alors qu'on loue Luther d'avoir vu clair en pleine passion de Jésus Christ en plein Vatican !

Oui Basta Cosi !!

Bastiano

http://www.clerus.org/bibliaclerusonline/fr/fre.htm