13 décembre 2013

En ce jour de fête de Sainte Lucie , que la Lumière pénétre les coeurs de bonne volonté ...

 

Au Sujet de la Communion dans la Main

1.- Saviez-vous que le Pape Paul VI subit des pressions de la part de quelques membres du Clergé (en Allemagne, Belgique, Hollande, France) pour qu’il autorise la pratique de la communion dans la main, qui s’étendait sans aucune autorisation, dans une attitude abusive d’indiscipline et d’individualisme?

Noli Me Tangere

Noli Me Tangere

2.- Saviez-vous qu’en février 1965 fut créé le Concilium pour la mise en route des recommandations liturgiques conciliaires? Cet organisme demanda (par courrier au Cardinal Alfrink) que la Hollande conserve le mode traditionnel de distribuer la Sainte Communion (12 octobre 65).

3.- Saviez-vous que face aux Pressions Continues, la Sainte Congrégation des Rites accorda la nouvelle pratique à l’Allemagne (06-07-68) et à la Belgique (11-07-68), mais suite aux protestations signifiant qu’il s’agissait d’une claudication face à la tactique d’accepter “des choses consommées”, le Pape suspendit cette concession (25-07-68)?

4.- Saviez-vous que la décision du Pape ne réussit pas à arrêter les abus, et Paul VI crût adéquat de réaliser une enquête Mondiale entre l’Episcopat, pour laquelle le 12 Mars 1969, 2136 Evêques avient répondu? Le résultat fut le suivant:

a) · A la question: “Faut-il accueillir le désir, outre le mode traditionnel, d’autoriser aussi le rite de recevoir la Sainte Communion dans la main”. Ils répondirent:

-NO! (Non placet): 1233 Evêques.

-OUI! (placet): 567 Evêques

-SELON (placet inxta mosum): 315 Evêques

-VOTES NON VALIDES: 21.

Il y eut deux autres propositions dans l’enquête, l’option majoritaire fut donc Celle de NE pas prendre la Communion dans la main.

5.- Vous étiez-vous rendu compte que les Evêques consultés, étaient choisis par le Saint Esprit pour régir les Eglises (HCH. 20,28) mais on n’en tint pas compte, malgré qu’ils estimérent “qu’on ne doit pas changer la discipline en vigueur; pire encore, que le changement serait nuisible, tant pour le sentiment que pour le culte spirituel de ces mêmes Evêques et de beaucoup de fidèles?” (Mem. Domini).

6.- Vous étiez-vous rendu compte qu’on ne demanda pas l’avis des Laïcs, quand d’après le C. Vatican II “ils ont la faculté et parfois le devoir d’exprimer leur opinion au sujet du bien de l’Eglise?” (L.G. 37). Ceci fut une attitude clairement anti-conciliaire.

7.- Saviez-vous qu’aux premiers siècles où l’on communiait dans la main, on avait une idée assez imparfaite du Mystère Eucharistique, et que ceci donna lieu à de nombreux abus et hérésies? Par exemple celle des ariens, gnostiques, marcionistes, aériens, anthropomorphistes, artotiristes, docétes, (qui offraient du fromage et du pain lors de la liturgie), aquariens, (qui offraient seulement de l’eau dans le Calice), ophites, catafrigas, …

8.- Saviez-vous que le Saint Esprit perfectionne l’Eglise au fil du temps? C’est quelque chose que recueille le C. Vatican II: “Dieu élit le Peuple d’Israël, avec qui il établit un Pacte, et qu’il instruisit graduellement, lui manifestant ainsi ses desseins Divins à travers son Histoire” (L.G.II, 9). “Le même Saint Esprit perfectionne constamment la Foi grâce à ses Dons” (D.V.1,5).

Si l’Eglise, sous l’action du Saint Esprit, avait rejeté cette pratique il y a tant de siècles, pourquoi l’a t’on Ré-autorisée contre l’immense majorité Episcopale? Sans doute les responsables ont-ils chagriné “le saint Esprit”.

9.- Saviez-vous que le C. Vatican II ne se prononça pas au sujet de la pratique de la Communion dans la main? L’approbation vient après le Concile, dans une période d’abus liturgiques pour lesquels Jean Paul II demanda pardon dans sa lettre Dominicae Cenae(24-02-80).

10.- Saviez-vous qu’il n’existe pas de fondements bibliques pour justifier le rite de la Communion dans la main, mais plutôt à la renier?

Dieu révèle le contenu liturgique dans l’Ancien Testament, par lequel le Christ ne vient abolir “pas même un accent”. L’Ancien Testament est comme un cliché qu’il faut développer dans l’Ere Chrétienne. Le rite de ne pas toucher les choses sacrées (Num.4,15; II Sam 6,1-9; Jdt 11,13), devient réalité dans le Nouveau Testament quand le Christ dit à Madeleine (Jn, 20,17): NOLI ME TANGERE! (Ne me touche pas), et se confirme lorsque l’Eglise, arrivée à maturité suffisante dans la compréhension du Mystère Eucharistique, interdit la Communion dans la main. Alors s’accomplit aussi le Psaume 81: “Ouvre ta bouche et je la remplirai” (v.11); dans un passage où Dieu promet de nourrir ses fidèles de “la fleur de farine et du miel du Rocher”(v.17).

Corpus Christi

Corpus Christi

11.- Avez-vous pensé que le point précédent renferme l’interprétation correcte des textes sacrés à propos de ce thème, ainsi donc l'Eglise interdit cette pratique pendant de longs siècles?

12.- Saviez-vous qu’il n’existe pas de fondements dans la Théologie Traditionnelle pour justifier la Communion dans la main?

Déjà Saint Sixte I, Pape (115-125) interdit aux laïcs de toucher les Vases Sacrés (Mansi 1,653). A plus forte raison. Il dut interdire la Communion dans la main, par conséquent le contenant n’est pas plus important que le contenu.

A l’époque de Saint Justin (100-166) seul les Diacres donnent la Communion aux fidèles (Apologie 1,65,5).Cet usage est confirmé par l’Adage (15,1) et par S. Ignace d’Antioche (+107)

Le Pape Saint Eustache (275-283) dans son “Exhortation aux Prêtres” déctrète que “personne n’ait la Prétention de faire apporter la Comunión à un malade par un Laïc ou une Femme” (Patrologie Latine, 5,165).

Saint Basile (329-379) dans la lettre de l’an 372, n’autorise la Communion dans la main que dans des situations exceptionnelles comme le cas de persécution (Ep.93, Patrol. Grecque, 32, 483, 6).

Dans le Synode de Rome de l’an 404, Célebré sous le Pape Innocent I (401-417) est imposé le rite de la Communion sur la langue (Mansi X, 1205).

Le Pape Saint Léon I “Le Grand” (440-461) rappelle dans son “Sermon V” que le très Saint Sacrement est reçu sur la Langue (Patrologie Latine, 54, 1385).

Le Pape Saint Agapite (535-536) guérit miraculeusement un sourd-muet, dont la langue se déliât après avoir reçu la Communion à la bouche (S. Greg. Dial. III, 3).

Le Pape Saint Grégoire “Le grand” (590-604) donnait la Communion sur la langue (”Vie de St. Grégoire le Grand” par Jean Diacre. Patrol. Latine, 75, 103).

Dans le Synode de Rouen (649-653), selon la règle observée à Rome, il est interdit de prendre la Communion dans la main, et les Prêtres qui n’accompliraient pas ces dispositions sont menacés (Mansi X, 1199-1200).

Dans le V Concile Oecuménique de Constantinople (680-681) il est interdit aux fidèles de prendre la Communion. Eux-mêmes, et ceux qui osent le faire sont menacés d’excommunion ( Mansi XI, 969).

Sain Thomas d’Aquin, le “Docteur Angélique” nous dit: “Par respect pour ce Sacrement (l’Eucharistie), rein de profane ne doit entrer en contact avec lui. C’est pour cette raison que sont consacrés non seulement les personnes mais aussi le Calie; et à plus forte raison les mains du Prêtre, pour toucher ce Sacrement. D’où on en déduit que personne d’autre n’a le droit de le toucher” (Sum. T. III Q, 82, a, 3).

C’est pour cela que Saint François d’Assises dit: “Eux seuls (les Prêtres) peuvent le donner, et pas d’autres”. (Lettre 2 à tous les difèles, 35).

Ces interdictions sont maintenues par le Concile Trente (1445-1563) de caractère dogmatique.

Déjà Saint Augustin avait averti: “Ce serait une folie insolente le fait de discuter sur ce que l’on doit faire lorsque Toute l’Eglise Universelle a déjà une pratique établie…”. (Lettre 54, 6; a Jenaro).

Le “Docteur Suprême”, Pape Pie XII, 15 siècles plus tard, maintenait la même position: “il faut réprouver sévèrement la téméraire impertinence de ceux qui introduisent intentionnellement de nouvelles coutumes liturgiques, ou font renaître des rites déjà désuets, et qui ne sont pas en accord avec les lois et rubriques en vigueur”. (Médiateur De Dieu, 17).

Et même le C. Vatican II, nous offre la doctrine pour discréditer la pratique à laquelle nous faison référence: “Même si chacun des Prélats, ne possède par lui même, la prérogative d’infaillibilité, par contre, si l’ensemble, mème dispersés dans le monde, tout en conservant le vecteur de Communion entre eux et le Successeur de Pierre, s’unissent d’un seul et même avis comme Maîtres authentiques qui exposent comme définitive une Doctreine. Dans la Foi et les coutumes, dans ce cas, ils annoncent infailliblement la Doctrine de Christ”.(L.G. 5). Et la majorité des Evêques s’est accordé à dire que la Communion à la main allait porter préjudice à l’Eglise. C’est ainsi que se sont brisés la Tradition et l’un des Piliers de la Vraie Eglise.

13.- Saviez- vous que le Christ est présent dans les parcelles distribuées sous la forme sacrée? C’est une Doctrine de Tradition Ecclésiastique (”Euvre Maîtresse du Saint Esprit”) avec des fondements philosophiques et théologiques, depuis les Saints Pères (Origène, Tertullien, S. Anastase, S. Cyrille de Alexandrie, S. Cyrille de Jérusalem, S. Ephrem, S.Jérôme, S. Thomas d’Aquin…), en passant par les conciles comme ceux de Florence et de Trente, jusqu’à nos jours.

C’est pourquoi, dans la liturgie actuelle, il est donné l’ordre qu’au moment de recevoir la Communion Sacrée on doive utiliser le Plateau de communion: “Celui qui communie doit répondre amen, et reçoit le Sacrement en tenant le Plateau sous la boche” (M. Romano, n.117). Mais qui se préoccupe du destin des Saintes Parcelles lorsqu’il communie dans  la main? Et combien de Prêtres on fait disparaître le plateau de comunión des fidèles!

14.- Saviez-vous que la Communion dans la main contribue à ce que l’on perde le sens du Sacré?

Un objet est Sacré quand on l’a distingué, séparé de l’usage normal, pour le dédier exclusivement au Culte Divin. Lors de la Communion dans la main, le rite devient plus sensuel et la symbolique rappelle davantage un vulgaire repas; mais en soumettant La Sainteté aux sens (le toucher), en humanisant ce qui est Divin, en normalisant le surnaturel, on perd le sens du sacré: il se produit une DESACRALISATION du Mystère le plus important pour la Foi, le vidant ainsi d’une grande partie de son Contenu et de son efficacité. D’une certaine façon, lorsqu’on Communie dans la main, le rite se dégrade: le “Très Saint” est traité comme un objet… sacré, mains un objet, comme une chose… un peu spéciale, parmi mes choses. Il est difficile de comprendre dans ce geste vulgaire, l’union de notre âme palpitante avec  Dieu Très Haut.. Quelle hardiesse que celle de nos Mains pécheresses! Sans avoir été élues, marquées, consacrées…

Il ne faut pas s’étonner, qu’après avoir tripoté le “Très Saint”, le communiant ne comprenne plus l’obligation de l’adorer à genoux, le besoin de se sentir insignifiant devant son Créateur…, qu’il soit incapable de reconnaître le Mystère de la Croix actualisé dans le Sacrement, et qu’il ne sente pas l’appel à l’immolation, à une soumission absolue, en corrélation avec l’Amour Infini de Dieu humilié dans le Sacrement pour mon Salut.

15.- Saviez-vous qu’il existe des documents qui montrent que la Franc Maçonnerie, depuis le XIX ºsiècle, a essayé d’obtenir que les Catholiques prennent la communion dans la main et debout? Les ennemis séculiers de la Foi ont eu gain de cause. Quelle cécité de notre part!

16.- Saviez-vous qu’il y a des églises non catholiques (sectes) qui “communient” dans la main mais ne croient pas en la Présence Réelle de Jésus Christ dans l’Eucharistie?

17.- Saviez-vous qu’il y a des églises orientales (unies ou séparées de Rome) selon le rite Byzantin, pour qui la Communion dans la main leur est interdite? Ce rite pensé (à tort) dans le but d’une approche oecuménique sur le point précédent, est donc devenu, anti-oecuménique.

18.- Saviez-vous que le Pape Jean Paul II n’est pas partisan de la Communion dans la main? Il nous disait dans le lettre Dominicae Cenae:” Le fait de toucher les Espèces Sacrées, leur distribution en manis propres, est un privilège des Ordonnés”(24 Février 1980). Et pour que personne ne puisse interpréter autrement ces paroles, plus tard, face aux caméras de la téévision Française, il refusait la Communion dans la main à l’épouse du Président, Giscard D’Estaing. La même année il déclarait à Fulda (Allemagne) qu’il n’était pas d’accord avec le Document qui autorisait dans ce pays une telle forme de Communier. (Cfr. Vox Fidei, n. 10, 1981; Chiesa Viva, n. 112; Sol de Fatima, n. 82). Pourquoi après cette date l’a-t-on vu donner la Communion autrement? Parce qu’il a été soumis à de fortes pressions, lui faisant croire qu’il serait scandaleux pour les fidèles d’interdire maintenant ce qui fut si frauduleusement autorisé, ou se montrer Contre ce qui fut approuvé lors de quelques Conférences Episcopales. De la même façon que Moïse permit le divorce “à cause de la dureté de coeur des Israélites” (Mt. 19.8).

19.- Saviez-vous que Mère Térésa de Calcutta a avoué que le pire mal que l’on donne au Monde est le rite de communier dans la main? (The Wanderer, 23-03-89; The Fatima Crusader, 3ème, trim.89). C’est logique: il s’agit d’un rite inadapté, cause de profanation et désacralisation. C’est ainsi que l’on perd des Grâces. “Si la Grâce du Seigneur vaut plus que la vie”(Ps. 62,4) et l’Eucharistie est “la Vie du Monde” (Jn. 6,51), le rite éludé est un mal de première importance.

20.- Saviez-vous que des apparitions supposées du Seigneur ou de la Vierge, étendues dans le monde entier, nous disent que le Ciel n’accepte pas le rite de la Communion dans la main?

Nous ne faisons pas référence à un fait insolé, mais plutôt à un phénomène mondial. Dans des pays come: l'Árgentine, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, l’Equateur, l’Espagne, les Etats Unis, le Guatemala, l’Italie, le Mexique, la Pologne…, on attribue au Ciel des révélations qui discréditent cette façon de communier. 

21.- Saviez-vous qu’après vérification et selon nos craintes, la pratique de la Communion dans la main a accru de façon incalculable le nombre de profanations?

D'après :

http://www.edisluxmundi.com/comunion/?page_id=56

Et pour finir :

Jean 13, 26 : « Jésus répond : « C’est celui à qui je donnerai la bouchée que je vais tremper. » Trempant alors la bouchée, il la prend et la donne à Judas, fils de Simon Iscariote. »

Fraternellement

Bastiano